Un forum pour s'exprimer. Slameurs ou non, on est là pour partager ! Slam


    un jour quelqu'un m'a dit

    Partagez
    avatar
    Guillaume
    En quête de slams
    En quête de slams

    Nombre de messages : 48
    Date d'inscription : 06/06/2008

    un jour quelqu'un m'a dit

    Message par Guillaume le Ven 12 Nov - 14:41

    Un jour quelqu’un m’a dit,
    Les étoiles sablant le ciel,
    Au crépuscule qui éteint le réel,
    Sont les innombrables clins d’œil du paradis,

    A cette affirmation j’ai compris,
    Que seul le tout puissant scelle,
    L’union sacrée entre la mort et la vie,
    Mélange judicieux entre le sucre et le sel,

    La rivière charrie les saisons saisies,
    Une par une par nos mains frêles,
    Et on pêche les instants espérant y déceler la magie,
    Pour enrichir un peu plus nos escarcelles,

    Avance pas à pas avec prudence dans ce tunnel,
    Dont l’obscurité laisse croire que la lumière est infinie,
    Puisqu’on vit dans l’éphémère existentiel,
    Tel un train traversant une parcelle du pays,

    Tel un moment gravé dans les prunelles,
    Des enfants figés et ébahis,
    Devant un feu d'artifice qui éclaire un noël,
    Saupoudré d'une neige qui fait scintiller les couleurs en harmonie,

    La forêt pullule de jeunes pousses qui appellent,
    Les 4 vents à décupler leur frénésie,
    En évitant d'enraciner la mauvaise voie aux voix d' crécelles,
    Qui jaillissant de la gorge des gnomes punient,

    Les âmes errantes peuplant nos ruelles,
    Pleurent des larmes qui réaniment le brasier des cris,
    Perçant un silence au goût de fiel,
    En ces lieux les anges sont en sursis,
    Les colombes y ont laissé leurs ailes,

    Aux plumes soyeuses couchées sur un tapis,
    De béton de pavés déposés par les pelles,
    J’ai saisi alors une plume et j'ai écrit,
    Pour rendre un hommage vibrant à l'éternel,

    D’une poésie qui survivra aux jours aux nuits,
    Aux affres des éléments naturels,
    Jusqu’à c' que l'astre lumineux sourit,
    À ces strophes fruit d'une quête d'un bonheur substantiel,

    Qui tracerai un sillon de feu dans la pluie,
    Où s'évaporerait l'image d'un archipel,
    Dont les îles plantées dans la mer resteraient fidèles,
    À ce monde utopique que je brandis,

    Dans ces vers d'eau et de sable j'ajoute une touche de miel,
    Aux milles visages scarifiés dans ton esprit,
    L’air insuffle le souffle d'une ère nouvelle,
    Une saison remplace celle qui jusque là était établi,

    Entre deux mondes frontière large ou l'espoir mince comme une ficelle,
    Garçons et filles s'y engouffrent délaissant leur nid,
    Pour rouler sur l'autoroute de l'évolution des mortels,
    À destination ou les panneaux indiquent que c'est fini,

    Au coin d'une rue un jour quelqu'un m'a dit,
    Les étoiles par milliers sablant le ciel,
    Au crépuscule qui éteint l'ampoule du réel,
    Sont les innombrables clins d'oeil du paradis,

    A cette affirmation j'ai compris,
    Qu’on naît comète pour finir poussières célestes,
    Avec comme témoin une stèle qui se dresse pour dire qu'on quitte un univers,

      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 16:46